Galapagos

Galapagos

21 février 2019 1 Par Émilie & Olivier

C’est un rêve de petite fille..
De ceux que l’on pense ne jamais réaliser…
L’un de ces endroits mythiques de la biodiversité que l’on découvre émerveillé dans les National Géographic, qui semblent réservés à une élite scientifique.
Et pourtant nous y sommes ! Notre petite famille et Mamie (la maman d’Olivier) qui nous a rejoint pour l’occasion.

Suivant les conseils avisés de voyageurs « en famille », nous choisissons de découvrir les trois principales îles Santa Cruz, Isabela et San Cristobal.

Ile de Santa Cruz

A la découverte des tortues terrestre (el chato)

Nous commençons en beauté par la découverte des tortues terrestres géantes en liberté. Les plus grandes tortues du monde ! En moyenne elles pèsent 220kg, soit plus que toute la famille réunie !!!

Rencontre avec une tortue âgée de 150 ans

Dans cet écosystème sans prédateur, les animaux n’ont pas de réaction de fuite face à l’homme. C’est d’ailleurs l’un des points marquant des Galapagos, l’impression que nous sommes des invités acceptés avec bienveillance par les animaux de ces iles.

Une tortue très rare ! Une Inès à carapace !
Cela permet de se rendre compte de la taille de ces tortues géantes…


Petite randonnée jusqu’à Tortuga bay & playa Mansa

Le deuxième jour, nous prenons le chemin vers Tortuga Bay, une agréable marche de 3 km (sous un soleil de plomb) pour se rendre sur une magnifique plage de sable blanc, domicile de dizaines (centaines ?) d’iguanes. Le chemin traverse les cactus et nous permet de croiser des oiseaux et des lézards.

Pour la photographe que je suis, c’est un paradis !

Et pour les enfants c’est passionnant : il y a toujours un animal à observer. Même Alexandre s’amuse de ces animaux qui passent à 50 cm de lui.

Première rencontre avec les iguanes. On n’ose pas encore trop se rapprocher !
Photo de famille
Les iguanes passent un temps important de leur journée à se réchauffer au soleil avant d’aller se nourrir d’algues dans la mer.
Un petit lézard curieux.
Quand le lézard se réchauffe sur l’iguane.
Les iguanes ont parfois des couleurs étonnantes !


Muelle de los pescadores

Pas besoin de faire des kilomètres à pieds ou de payer une expédition hors de prix pour profiter de la faune : au marché aux poissons, on croise plus d’animaux que de clients !

C’est une joyeuse cohue qui nous y attend, il faut faire attention de ne pas se faire marcher dessus par un pélican ou une otarie ! Et toujours regarder où l’on s’assoit, il peut y avoir des iguanes !

L’espoir fait vivre…
Quel meilleur emplacement que derrière les vendeurs ?
Tu veux ma photo ?
Quand une otarie s’intéresse d’un peu trop près à nos affaires…

La magie des Galapagos, c’est qu’il y a toujours une scène à observer. On part pour jouer 5 mn aux jeux près du port et on passe la fin de la journée à observer la faune sur le ponton (otaries, oiseaux et iguanes) et sous le ponton (raies, requins…)

Une maman otarie s’est installée sur un banc pour allaiter son bébé

Plongée à Gordon Rocks

Nous profitons de la présence de Mamie pour lui confier les enfants et plonger « en amoureux » sur le site le plus connu de Santa Cruz, deux rochers au large de l’ile où l’on peut croiser des requins marteaux !
La visibilité ne sera pas du tout au rendez-vous, mais les requins marteaux étaient là ! Un spectacle en ombre chinoise …


Isla Isabela

Deux heures de bateaux nous permettent de rejoindre notre deuxième ile. La petite ville de Puerto Villamil semble en plein développement même si la majorité des routes sont encore en sable. Comme à Santa Cruz, le tourisme est la principale source de revenue.


L’incroyable plage du port

Nous avons eu l’heureuse surprise en arrivant aux Galapagos de découvrir que l’eau était chaude. Nous sommes tombés à la bonne saison car en fonction des courants dominants, elle peut être à 26/27 degrés ou à 16 !!!

La plage du port a vite été notre préférée : tout d’abord le sable est blanc et fin, les vagues ne sont pas trop importante, idéal pour que les enfants se baignent en toute sécurité et on trouve même des bancs à l’ombre pour éviter les coup de soleil.

Mais c’est surtout un véritable feux d’artifice sous l’eau à l’approche du coucher du soleil. Les otaries quittent la plage pour aller chasser, les manchots filent à la vitesse de l’éclair effrayant les bancs de petits poissons, les pélicans tombent comme la grêle : un spectacle incroyable ! Nous y reviendrons tous les soirs !

La plage du port à Isabella, une plage de sable fin à partager avec des otaries, des iguanes et autres pélicans.
Mamie, en bonne compagnie !
A quelques mètres de nos serviettes, un bébé otarie et sa maman.
Construire des châteaux de sable et lutter contre la marée montante… Un jeu universel !


Le chemin des Flamants Roses

Des passerelles nous mènent au dessus de lagunes, lieux de vie d’oiseaux de toutes tailles. Inès est ravie de voir ses premiers flamants roses !

Au bout de la promenade, un centres d’élevages de tortues de Galapagos pour sauver cette espèce qui a faillit disparaitre.
Les pirates s’arrêtant aux Galapagos avait pris l’habitude de les manger…


Sur la plage de Puerto Villamil

Jouer dans les vagues sur la plage de Puerto Villamil
Retrouver nos amis les iguanes aux heures de pointes
Admirer le crabe rouge des Galapagos qui contraste superbement sur les rochers de lave noire.


Excursions à los Tuneles

Il y a 10 000 ans, une coulée de lave a créé de nombreux tunnels, la lave continuant son chemin sous une croute solidifiée. L’érosion au fil des ans a fait s’écrouler un certain nombre de ces tunnels, laissant la place à des ponts, des grottes sous marines, créant un paysage assez extraordinaire.

Sous l’eau nous découvrons de très belles tortues marines, des hippocampes géants et des requins à pointes blanches se reposant dans les grottes.

Combien de manchots y a t’il sur la photo ?
Réponse : 2 !
Paysage aride à los tuneles
Peinture impressionniste ? Non ! Un banc de raies dorées qui passe devant le bateau.


San Cristobal

Dernière ile de notre périple aux Galapagos ! Nous ne nous lassons pas de croiser cette faune extraordinaire à tous les coins de rue !

Le fou à patte bleu, oiseau endémique des Galapagos
Un adorable bébé otarie joue dans les vagues en attendant le retour de la pêche de sa maman. Celle-ci peut partir 2 à 3 jours pour se nourrir.
Olivier et Ulysse en pleine immersion pour les besoins du tournage !
Des centaines d’otaries se retrouvent le soir sur la plage du port de Puerto Baquerizo Moreno
Retour sur la plage au soleil couchant après une journée de pêche
Dernier soir aux Galapagos, ce bébé otarie semble nous dire au revoir .
Le soleil se couche sur 15 jours extraordinaires aux Galapagos !

Vous pouvez également suivre nos aventures sur notre page Facebook @TheTranWay