Marquises, Terre des Hommes

Marquises, Terre des Hommes

28 janvier 2019 0 Par Émilie & Olivier

Dernière demeure de Jacques Brel et de Gauguin, c’est avec fascination que nous découvrons les Marquises, la Terre des Hommes…

Nuku Hiva

Taiohae, principal village de Nuku Hiva, est à plus d’une heure de route de l’aéroport. Comme d’habitude, nous n’avons rien préparé et nous arrivons les mains dans les poches dans un endroit où les transports en commun sont pourtant inexistants…

Olivier se met en quête d’un chauffeur et repère un marquisien avec un tee-shirt jaune sur lequel est inscrit le mot Taxi ! Nous rencontrons Cyrille, qui sera notre guide pour les prochains jours et nous transmettra sa passion pour son île !

De l’aéroport au village, nous traversons des paysages grandioses.

Cyrille, son pick up, et nos enfants heureux !

Ce qui marque d’abord c’est l’abondance. La nature offre ses fruits à qui veut les cueillir : l’arbre à pain est couvert de fruits, les manguiers donnent à profusion, les papayers poussent partout, de même que les bananiers et les plants d’ananas. Comme disent les marquisiens : ici, personne ne peut mourrir de faim.

Caramboles
Dans le jardin du frère de Cyrille, des mangues à portée de main !
La perche permet d’aller cueillir celles qui sont en haut de l’arbre.

La mer, même si elle est agitée par ici, est poissonneuses et lorsque les marquisiens veulent de la viande ils partent à cheval chasser 3 jours le bœuf, le cochon sauvage ou la chèvre dans des vallées inaccessibles en voiture.

Ici l’homme semble en équilibre avec la nature, ne prélevant que ce dont il a besoin pour vivre.

Les chevaux vivent en liberté sur l’ile. Certains sont totalement sauvages mais d’autres ont des propriétaires. Pendant 6 mois ils vont travailler pour leur maitre, puis pendant les 6 mois qui suivent, ils vont vivre dans les montagnes pour se remplumer et se reproduire.
Les vaches sont également libres de leurs déplacements, se nourrissant et se reproduisant en pleine nature sans gardien ni clôture.

La culture de la coprah est quasiment la seule culture de l’ile : ils plantent des cocotiers, ramassent les noix de coco lorsqu’elles sont mûres et font sécher la chair au soleil. Celle-ci est ensuite envoyée par cargo à Tahiti pour être pressée et devenir la fameuse huile de monoï.

Une noix de coco abandonnée commence à germer

Le lendemain nous partons à la découverte des 3 vallée avec Cyrille et son pick up. Une journée intense entre sites archéologiques et paysages somptueux.

Descente sur la baie d’Hatiheu.
Baie d’Hatiheu.
Difficile de se baigner entre les galets et les grosses vagues mais le paysage est superbe.
Culture de Vanille sur Nuku Hiva
Ulysse sous une intense pluie tropicale

Nous passons notre dernière journée à Nuku Hiva avec Jean-Pierre que nous avons rencontré lors d’une plongée épique à Rangiroa. Il nous présente ses enfants et petits enfants pour un super moment de convivialité !

La baie de Taiohae par le chemin de la sentinelle
Le site de Koueva, avec ses immenses banians, arbres sacrés.
Dernière photo avec Cyrille avant de quitter Nuku Hiva
Fleurs à l’oreille, comme les polynésiens !

Hiva Oa, île de Brel et Gauguin

Brel et Gauguin ont fini leurs vies sur cette ile. Nous visitons le musée Gauguin mais ce ne sont malheureusement que des copies (voir des interprétations) qui nous accueillent. Cela nous donne envie d’aller au musée d’Orsay à notre retour pour voir les originaux !

Les enfants découvrent également Brel et nous passons un long moment dans le hangar de son avion Jojo pour lire toutes ses explications. Il a écrit de belles phrases sur le voyage qui nous touchent particulièrement.

Jojo, l’avion de Jacques Brel avec lequel il effectuera des navettes régulières vers Tahiti pour venir en aide à la population.
Il appréciera la tranquillité de cette ile, le fait de ne pas être une célébrité pour ses habitants.
Inès et le tiki souriant !
Site archéologique de Upeke
Construire des châteaux et lutter contre la marée montante…

Tahuata

Une excursion à la journée nous permet de découvrir l’ile voisine de Hiva Oa. Une belle aventure avec le Capitaine Bligh et des compagnons de voyage que nous avions rencontré à Rangiroa. Nous découvrons cette ile par la mer, si belle mais si agitée.
Ce sera l’occasion d’une belle baignade dans les rouleaux avec tentative de body board ! La tête a souvent cogné le sable…

Un tiki devant une église catholique.
Traditions ancestrales de la sculpture et une foi chrétienne intense se côtoient maintenant en harmonie.
Toujours de superbes fleurs…
Alexandre toujours heureux face au mouvement perpétuel de la mer !
Et toujours et encore du bonheur en famille !!!